Publicité
Bannière

Écollaborateurs Blogue

Pour connaître nos écollaborateurs, cliquez ici.

 

2012-09-12 17:00
marc-andre

Fantasmes au canal de Lachine...

C’est un dimanche après-midi comme les autres. Je déambule nonchalamment le long du canal de Lachine avec ma copine, gelato à la main, sous un soleil de plomb. Marcheurs, cyclistes et kayakistes s’activent dans diverses directions telle une danse impromptue.

Dans le secteur du marché Atwater, un seul petit pont piétonnier réunit les deux rives. Il s’agit d’une simple structure métallique décolorée, déposée sur des piliers de béton ornés de graffitis. Bref, un pont d’une banalité regrettable pour un secteur en plein redéveloppement. Enthousiasmé par la beauté du site, cela ne m’en prenait pas plus pour fantasmer sur une structure digne d’une Montréal reconnue comme Ville UNESCO de design.

Et si le canal de Lachine offrait un peu de fantaisie, de poésie architecturale, à ses passants?

Le fantasme australien

Conçu par l’artiste Robert Owen et la firme d’architectes Denton Corker Marshall, le Webb Bridge est un magnifique pont réservé aux piétons et cyclistes qui souhaitent chevaucher la Yarra River de Melbourne en Australie. Cette structure a été la pierre angulaire au tournant des années 2000 d’un large projet de revitalisation d’un ancien secteur réservé au transport maritime .

Souhaitant redonner vie à ce quartier abandonné, la société de gestion des rives, the Docklands Authority, a autorisé l’édification de complexes résidentiels sur ses terrains à une seule condition : 1 % du budget de construction devait être investi dans l’art public pour embellir le secteur. À la suite d'une large consultation publique, c’est le Webb Bridge qui a été retenu, pour un budget de 1,5 M$.

Fabriqué partiellement de matériaux récupérés sur les quais abandonnés, ce pont torsadé a été inspiré du célèbre jeu pour enfant, le « Slinky ». D’une longueur de 225 mètres, la structure s’illumine dès la tombée de la nuit, réfléchissant diverses couleurs dans la Yarra River.

Le fantasme canadien

Calgary s’est offert tout un cadeau cette année : le Peace Bridge. Conçu par le réputé architecte et ingénieur espagnol Santiago Calatrava, ce nouveau pont piétonnier de 126 mètres de long connecte deux quartiers de la métropole jusqu’ici séparés par la Bow River. Ce projet architectural s’inscrit dans le plan de développement durable de Calgary et vise à stimuler les déplacements actifs plutôt que le transport automobile.

Mais, malgré son élégance et sa grande utilité, le Peace Bridge a suscité une large controverse au cours de la dernière année. Financé entièrement par des fonds publics, des citadins se sont farouchement opposés à ce projet de 24,5 M$. Ces derniers auraient plutôt souhaité investir ce montant dans d’autres initiatives communautaires qui auraient pu, selon eux, profiter à une plus grande partie de la population. De son côté, la ville de Calgary perçoit ce projet comme un levier économique pour la région; elle espère attirer des touristes friands d’architecture.

Finalement, le fantasme géorgien

Rappelant les courbes d’un animal marin, ce sublime pont pédestre résulte d’une collaboration entre l’architecte italien Michel De Lucchi et le designer français Philippe Martinaud. Enjambant la Mtkvari River à Tbilisi, le concept de base de cette structure de verre et d’acier constituait à métaphoriser la vision gouvernementale du président géorgien Mikheil Saakashvili : une vision basée sur le modernisme, la transparence politique et la paix. Plus 30 000 lumières LED ont d’ailleurs été installées sur des panneaux verticaux transmettant différents messages de paix et d’allégresse tout au long de la journée.

Mais avant tout, le but ultime visé par les autorités municipales avec cette réalisation était de faire reconnaître la ville sur la scène architecturale internationale. Un pari réussi, selon vous?

>> Pour suivre le blogue de Marc-André: www.dicietdailleurs.ca

Crédits photo: Marc-André Carignan (Montréal), Denton Corker Marshall (Melbourne), Ian Harding (Calgary) et Ivane Goliadze (Géorgie)

 

 
 
2012-08-27 14:03
marc-andre

L’art de faire fleurir le béton

Critiquer le Plateau Mont-Royal semble être une tendance bien populaire ces derniers mois. Que ce soit pour ses évaluations foncières trop élevées, la fluidité de la circulation automobile, l’augmentation des tarifs des parcomètres ou encore le déneigement intermittent, l’attention médiatique accordée au secteur a été plutôt étonnante, pour ne pas dire exagérée. Malheureusement pour le maire Luc Ferrandez, ses bons coups, dont celui d’étendre le concept des trottoirs végétalisés dans l’arrondissement, n’ont pas fait autant de bruit.

D’abord pour sécuriser les intersections des rues, ensuite pour verdir ses quartiers résidentiels, le Plateau Mont-Royal s’est doté d’une dizaine de trottoirs végétalisés au cours des deux dernières années. Concept bien populaire dans certaines villes américaines comme San Francisco ou Portland, ces charmants îlots de végétaux embellissent des secteurs où le bitume est traditionnellement maître. Sur le site web de l’arrondissement, on avance même que ces projets permettraient de réduire les îlots de chaleur, problématique de plus en plus fréquente sur l’ensemble de l’île de Montréal.

Malgré le look simpliste de ces projets, chaque saillie de trottoir végétalisé frôle étonnamment les 30 000 $ en moyenne par intersection. C’est pourquoi l’arrondissement multipliera ce type d’intervention urbaine que très progressivement au cours des prochaines années. La priorité ira d’abord aux intersections des rues à proximité des écoles et des garderies pour ralentir la circulation automobile.

L’exemple de Portland

La ville de Portland aux États-Unis a fait les manchettes à plusieurs reprises ces dernières années grâce à diverses initiatives novatrices pour verdir son centre-ville. Non seulement les autorités municipales ont fait disparaître une autoroute pour faire place à un grand parc urbain, mais la ville a également investi massivement dans la création de trottoirs végétalisés. Différentes variétés de plantes et d’arbres ont ainsi fait leur apparition sur de grandes artères commerciales, mais également dans plusieurs secteurs résidentiels.

De plus, une expérience pilote a été menée au centre-ville de Portland pour tenter de remplacer partiellement le système d’aqueduc vieillissant. Des bacs à fleurs ont ainsi été convertis en un système de gestion des eaux pluviales en y insérant une série de jardinières qui récupèrent l’eau de pluie au moyen de rigoles. L’eau captée par ces dernières passe ensuite à travers une fine couche de terre et une membrane de géotextile avant de retourner dans la nappe phréatique. Selon les autorités municipales, ces bacs à fleurs canalisent annuellement la grande majorité du ruissellement engendré par les pluies et ont permis de régler le problème de canalisation sans devoir tout repenser le système.

Une solution à envisager pour les égouts vétustes de Montréal?

>> Pour suivre le blogue de Marc-André: www.dicietdailleurs.ca

 
 

Saviez-vous que...

L'eau du robinet est le principal type d'eau potable pour 59% des québécois.

http://www.fqe.qc.ca/


Lu sur...

Chargement en cours